banniere spm-philatelie
Introduction Nouvelles Expertise A vendre Mancoliste Galerie Etudes
Ouvrages Oeuvres Conseils Contact/Liens Livre d'or Merci... Histoire


image

  Vignettes « PD » de février 1886 (Yvert n° 16, 16A, 17)

Plusieurs pénuries de timbres-poste surviennent au cours de l’année 1885 à St-Pierre-et-Miquelon, principalement pour la valeur 5 centimes dès janvier 1885, puis pour les 25c en mars, et les 10c et 15c en août et octobre de la même année.

Cependant, deux livraisons arrivent de métropole pour pallier cette pénurie :

   - La première, le 14 avril 1885, composée de 13500 timbres à 5c, 10500 à 15c et 45000 à 25c. Cela met fin provisoirement à la pénurie des 5c jusqu’en décembre 1885.

   - La seconde, le 24 novembre 1885, représentant 10500 timbres à 10c et autant à 15c en exécution de la commande complémentaire du 4 mai 1885, ce qui met un terme provisoire à la pénurie des 10c et 15c jusqu’en février 1886. En revanche, aucun timbre à 5c n’est livré cette fois-là.

Mais ces approvisionnements, pourtant calculés sur la consommation moyenne observée en 1884, ne suffiront pas à tenir jusqu’à la livraison d’urgence réclamée pour le début de 1886.

La crise débute à la mi-décembre 1885 avec l’épuisement des timbres à 5c arrivés en avril. Sur la base de l’arrêté du 27 juillet 1885 du commandant de la colonie, deux tirages sont réalisés les 16 et 17 décembre 1885. Ils portent sur une quantité de 6750 timbres des colonies surchargés pour l’occasion à 5c (05/40 n° 5 yvert). Quatre jours plus tard, soit le 21 décembre, une nouvelle transformation de timbres-poste est décidée, toujours pour créer des timbres à 5c (05/1f. n° 11 yvert). Le tirage effectué le 22 décembre sera cette fois de 13500. Le 24 décembre, la demande étant considérable, le receveur des Postes rend compte à l’administration de l’écoulement rapide de ces timbres et décide de limiter la vente du 5c à 50 exemplaires par personne. Devant cette situation, un nouvel arrêté est pris le 28 décembre 1885. Constatant l’épuisement des timbres créés six jours auparavant, et pour permettre de faire face aux besoins, il décide la création de trois nouvelles valeurs à 5c :

   - 05/35 n° 9 yvert, tiré à 5250 exemplaires le 28 décembre.

   - 05/75 n° 10 yvert, tiré à 1800 exemplaires le 28 décembre.

   - 05/20 n° 8 yvert, tiré 11150 exemplaires le 30 décembre.

Le 2 janvier 1886, le receveur décide de réserver la vente des timbres à 5c à l’affranchissement immédiat au guichet, et suspend la « vente à emporter » de ces figurines. Le 5 janvier, une décision du Commandant de la colonie officialise et étend cette mesure à l’ensemble des timbres-poste.

Acte de naissance.

Le 22 janvier, une nouvelle décision prescrit : « Les lettres pour l’intérieur de la colonie seront affranchies au guichet de la Poste au moyen de la mention PD, ces lettres étant les initiales de Payé à destination ». C’est l’acte de naissance des vignettes PD. La mise en application de cette décision se fera en définitive sous la forme de trois vignettes à 5c , 10c et 15c (yvert 16, 16A, 17). Une estimation des besoins est effectuée le 10 février 1886 (soit la veille de la 1ère date connue), résumée par le tableau ci-dessous :

TypePD 5PD 10PD 15Total
UtilisationLettre Intra-urbaineLettre St-Pierre/Ile-aux-chiens
Ou
Langlade/Miquelon
Lettre St-Pierre/Miquelon ou Langlade 
Saint Pierre100100100300
Miquelon100100100300
Langlade100100100300
Ile aux chiens100100--200
Total4004003001100

Le tirage réel des vignettes n’est pas connu, puisqu’il ne s’agissait pas de véritables timbres-poste. Il n’a pas été établi de procès-verbal de fabrication, contrairement aux autres émissions locales de 1885. En revanche, deux informations existent :

   - Les vignettes renvoyées courant mars 1886 par les bureaux de Miquelon et Langlade; pour Miquelon, il n’y a pas de détail mais le retour regroupe 137 vignettes sur les 300 reçues. En revanche, pour Langlade, il a été fourni un état détaillé des retours, libellé comme suit : 45 à 5c , 66 à 10c et 54 à 15c , soit un total de 165 vignettes sur les 300 reçues. On peut supposer que, compte tenu de la proximité, le gérant du bureau de l’Ile-aux-chiens a ramené directement ses vignettes inutilisées et a fait un rapport verbal. Par conséquent, toutes les vignettes PD revêtues de ces oblitérations, sont extrêmement rares (sept pièces connues pour la totalité des trois bureaux).

   - Les vignettes non utilisées détruites par incinération, selon procès-verbal du 30 mars 1886 (une pièce connue oblitérée à cette date) : 711 à 5c , 743 à 10c et 773 à 15c , soit un total de 2227 vignettes. On est très loin des 1100 prévues au départ. Le tirage a donc été relativement important, mais uniquement pour le bureau de Saint-Pierre.

Le 27 février 1886, la livraison de timbres-poste tant attendue, arrive enfin. Les mesures restrictives des 5 et 22 janvier 1886 sont rapportées par décision du commandant de la colonie en date du 27 février 1886, et les timbres livrés sont réceptionnés le 1er mars et mis aussitôt en vente. Les vignettes PD ont vécu... !

Spéculation

C’est une spéculation effrénée sur les timbres-poste surchargés localement de 1885 qui est à l’origine de la création des vignettes PD. Ainsi, 38450 timbres à 5c (n° yvert 5, 8, 9, 10 et 11) sont écoulés en moins de deux mois, entre le 16 décembre 1885 et le 10 février 1886.

Bien que leur durée d’utilisation officielle ne soit en fait que de dix-huit jours (du 11 au 28 février), l’éminent philatéliste Robert G. Stone, spécialiste des timbres surchargés des colonies, pense qu’il y a également eu un mouvement spéculatif sur les vignettes PD. Ainsi, la présence de bavure de colle, la médiocre qualité des oblitérations sur certaines pièces, en particulier adressés à M.Bréhier (un correspondant local de marchands de timbres), laisse à penser qu’il y a eu fabrication à la chaine et oblitérations à la hâte... Durant cette période, les jours d’utilisation les plus courants sont les 14, 15 et 25 février. Or, les dates des 21, 24 et 27 février, n’ont à ce jour pas été vues. A noter que les 14 et 28 février 1886 sont des dimanches, les bureaux à cette époque ouvraient leurs portes quotidiennement. En outre, quelques rares exemplaires sont oblitérés en mars –notamment par le bureau de Miquelon, qui, semble t-il, n’aurait pas reçu les timbres début mars- dont un du 30 mars, jour de l’incinération, par le bureau de St-Pierre ; un « dernier jour » fort intéressant !

Robert G. Stone estime qu’une quantité supérieure à 500 exemplaires (pour chacune des valeurs) a été mise sur le marché philatélique ( ?), bien davantage que ce qui avait été prévu initialement. D’après cet expert, les tirages de chaque valeur doivent être équivalents, même si le catalgue privilégient le 10c. A mon avis, le 15c (yvert n°17) serait le moins courant.
Cependant, beaucoup de vignettes ont été découpées ou décollées des enveloppes, ce qui rend les plis très rares (environ une vingtaine). Les paires ou multiples, sur le même fragment, sont également rarissimes.

Après avoir examiné de nombreux spécimens, l’on peut constater l’existence de deux papiers différents : soit légèrement jaunâtre, soit grisâtre, ce qui laisse supposer un changement de papier entre deux tirages. En revanche, l’impression est soignée et nette. Une seule variété de découpe connue : « 15 au dessus de PD ».

Enfin, de nombreuses falsifications, y compris d’époque, existent sur le marché. N’hésitez pas à me montrer vos pièces douteuses pour expertises.

Avec la collaboration de Michel GERUM

Oblitéré Langlade

Timbre N°16



Oblitéré du 30 mars jour de l'incinération

Timbre N°17b



Pli du 16 février adressé à Bréhier (unique avec cette date).

Pli du 16 mars



N°16 et 16A sur le même fragment.

16 et 16a





image


  'PD' labels of February 1881 (Yvert # 16,16A and 17)

There were several stamp shortages in the course of 1885 at St. Pierre and Miquelon, most notably for the 5c. value , which was in short supply since January 1885, then the 25c. value since March 1885 and the 10c. and 15c. values in August and October of the same year.

However two deliveries arrived from France to alleviate the shortage :

   - The first arrived on April 14 1885 and consisted of 13,500 stamps with a 5c. denomination , 10,500 of the 15c. value and 45,000 of the 25c. value. That provisionally put an end to the shortages of the 5c. value until December 1885.

   - The second delivery on November 24 1885 consisted of 10,500 stamps at 10c. and a similar amount for the 15c. value, following a subsequent order made on May 4 1885. This put a temporary end to the shortage of the 10c. and 15c. values until February 1886. No 5c. values were included in this delivery.

Supplies , though, based on average consumption for 1884 were insufficient to last until the urgently requested delivery for the beginning of 1886.

The problems started in mid-December 1885 with the exhaustion of the 5c. values sent in April 1885. As a result of a decree dated July 27 1885 made by the colony’s commandant, two issues were created on the 16 and 17th of December 1885. They consisted of a quantity of 6,750 stamps of the colony overprinted at 5c.(05/0.40c. -Yvert # 5). Four days later , that is on December 21, a new overprint was decided upon, in order to create further stamps of a 5c. value (05c./1fr. Yvert#11). This issuemade on December 22, consisted of 13,500 copies. As a result of heavy demand on December 24 1885, the Postmaster informed the administration of the rapid exhaustion of this issue and it was decided to limit the sale of 5c. stamps to 50 items per person. Before this decision , though, a new decree was issued on December 25 1885 in which the commandant ordered that as a result of taking into account the exhaustion of stocks of the stamps issued six days previously and to enable requirements to be more readily fulfilled, it was decided to create three new 5c. values :

   - 05c/35c ( Yvert #9) 5,250 copies - December 28 1885.

   - 05c/75c ( Yvert #10) 1,800 copies - December 28 1885.

   - 05c/20c ( Yvert #8) 11,150 copies – December 30 1885.

On January 2 1886, the Postmaster decided that stamps at 5c. could only be sold for immediate use at the counter and suspended all “take-away” sales of this value. On January 5 a decision of the Commandant of the colony validated this regulation and extended it to all stamps sold.

Introduction.

On January 22 a new decree stated that “ All letters for the interior of the colony will be cancelled at the Post Office counter by means of the letters “PD”, these letters being the initials of “Paye a destination” (TR. Paid to the point of delivery). In this way the “PD” labels came into existence. This decision was made definitive in the form of three labels of 5c., 10c., and 15c.(Yvert # 16,16A and 17). An estimate of requirements was made on February 10 1886 (the eve of the first known usage), the quantity details are shown in the table below. :

TypePD 5PD 10PD 15Total
UseInland letterLettre St-Pierre/Ile-aux-chiens
Ou
Langlade/Miquelon
Lettre St-Pierre/Miquelon ou Langlade 
Saint Pierre100100100300
Miquelon100100100300
Langlade100100100300
Ile aux chiens100100--200
Total4004003001100

The production figures of the labels are not known, although they were considered to be postage stamps. The instructions for production have not been established, as opposed to the production of the local issues of 1885. In summary two items of information exist. The first deals with the labels sent back by the offices of Miquelon and Langlade. There are no individual details for Miquelon but 137 of the 300 issued to Miquelon were returned for destruction. However for Langlade it is known from a detailed statement of returns that there were 45 @5c , 66@10c and 54@15c. returned, a total of 165 of the 00 values originally dispatched. It can be presumed, because of its proximity to St. Pierre, that the Postmaster at Ile aux Chiens returned the unused items personally and made a verbal report. Consequently all labels “PD”, postmarked by these offices are extremely rare. (Seven items are known for the total of all three minor offices).

The unused items were destroyed by fire, following the decision of March 30, 1886 (one item is known postmarked with this date) – 711 @5c. , 743 @10c. and 773 @15c., being a total of 2,227 labels. This is far in excess of the 1,100 planned for distribution when the decision was made. The issue, then, was relatively important, more especially so for the St. Pierre office.

On February 27, 1886 the promised stamp delivery arrived at last. The restrictions on sale of January 5 and 22 1886 were continued until February 27, 1886 and the stamps delivered were officially put into circulation on March 1,1886 and immediately put on sale. The “PD” labels had served their purpose.

Spéculation

The speculation in locally overprinted stamps in 1885 contributed to the need to create the “PD” labels. Thus 38,450 5c. stamps ( Yvert # 5,8,9,10,11) were issued in less than two months between December 16,1885 and February 10, 1886.

Although only valid for a period of 18 days( from 11-28 February 1886) the prominent philatelist Robert G.Stone, a specialist in all the colonial overprints, noticed a speculative interest in the “PD”labels. Thus the lack of gum, mediocre quality of the postmarks and smudginess on certain items, in particular on those addressed to M.Brehier ( a local stamp dealer), leads one to the thought that they were hastily applied and cancelled. During this period of time the most prevalent usage was on February 14, 15 and 25, 1886. In contrast the dates 12,24 and 27 February have not been seen to this present date. It should be remembered that 14 and 28th of February were Sundays, although at this time the Post Office was open on a daily basis. Apart from that there are some rare examples postmarked in March 1886 – especially from the Miquelon Post Office, which, it would appear, had not received its allocation until the beginning of March. One example is postmarked March 30, the official sate of destruction by fire by the St. Pierre Post Office. This is a notable last date of usage!

Robert G. Stone suggests that a quantity in excess of 500 (for each value) was placed on the philatelic market, far superior to the volume initially expected. According to this expert, the quantity issued of each value was approximately the same, although catalogue prices place a premium on the 10c.value. in my opinion the 15c.(Yvert# 17) would be the stamp with the lowest quantity issued.
However many of these labels were cut or lifted from envelopes, which makes the remaining covers very rare (about 20 are known). Pairs and multiples on the same piece are just as rare.

Having examined many copies, it can be stated that there are two types of paper-one , yellowish, the other of a grayish tinge. This suggests a change of paper type between the two printings. The impression is clear and clean. One single variety (cut out) is known, with the 15c. under the PD.

Be aware that numerous forgeries exist on the market. Don’t hesitate to ask for an expert’s opinion on doubtful items.

With the collaboration of Michel Gerum and translated into English by David Allen


Couleur du fond : Vert - Bleu Menu : Haut - Gauche hits total : 1637352    page : 12849